mercredi 11 avril 2007

8 ça suffit ?



La mort d'un femme à cause du cancer, la mort d'un jeune homme tombé en bas d'une falaise, la mort d'une vieille au bout de 80 ans de vie ou la mort d'un parfait inconnu l'autre bord de la rue sont toutes des morts qui m'ont touchées de près ou de loin. Anonymement la vie les a quittés et seul leur entourage s'en est ressenti.

Nous avons fait notre deuil, cela nous appartenait.

Nous avions le droit de pleurer leurs pertes car ils nous ont été enlevés sans notre accord, sans notre bénédiction, sans notre consentement. La mort est venue et elle a pris ce qu'elle voulait.

La mort fait cela. C'est son devoir.

Nous pouvons la detester, l'invectiver et essayer de la déjouer, elle restera néanmoins notre ultime défi, que nous échourons tous autant que nous sommes. Mince satisfaction.

Mais je dois avouer que le ton mélodramatique que tiennent les médias sur les 8 soldats morts à la guerre inutile que nous avons endossés en tant que Canadien me dérange énormement.

Pourquoi pleure-t-on leur perte à eux? Nous les avons tuer nous même!

Nous sommes les bourreaux de ces 8 hommes.

Les larmes et les regrets ne nous appartiennent pas dans ce cas. Si nous ne voulons plus de mort sur la conscience nous devrions cesser notre participation armé et définir des alternatives pacifiques pour rêgler le conflit.

Je dénonce l'intention malveillante des médias et de ceux qui nous contrôle de nous mettre la tristesse dans l'âme sans même remettre en question la cause des décès. Au lieu de nous faire pleurer et de nous dire qu'on doit s'attendre à ce que d'autres militaires trouvent la mort à la guerre, ils devraient plutôt remettre en question la guerre elle-même, ces motifs, les acteurs impliqués et leurs enjeux pécuniers.

Je refuse de pleurer leur mort, je vais laisser cela aux parents et ami(e)s des victimes, car moi je ne suis pas triste, je suis davantage... satisfait.

Oui, j'ai envoyé ces hommes se faire tuer, ils sont morts, j'ai eu ce que je voulais. Qui partage avec moi la culpabilité de ce crime?

Quand il n'a suffit que du rapt d'un seul soldat Israëlien pour détruire un pays complèt, comment est-ce possible que 8 ne suffit pas à mettre un terme à notre folie collective?.

Non, 8 n'a pas l'air de suffir, pas dans ce cas.

2 commentaires:

nina a dit...

t'as l'air très en colère…

Studio335montreal a dit...

il ne ma pas l'air si en colere!